Déplacemeent vers la gauche

C'est dans un esprit à la fois radical, percutant, transculturel et bouillonnant que la School Gallery défend depuis six ans artistes confirmés et jeunes talents venus de tous horizons. Le parti-pris singulier d'Olivier Castaing propose une nouvelle approche des œuvres. Après une visite de la galerie, Olivier invite les collectionneurs et visiteurs à entrer dans son cabinet d'amateur situé en prolongement de la galerie. Dans son « antre » comme il l'appelle souvent, on découvre la multiplicité de ce qu'il aime, son intérêt particulier pour la photographie, et les productions de ses artistes fétiches.

Après 6 années passées dans une maison particulière du Marais, la galerie a déménagé en janvier 2014 dans le Haut Marais et investit un espace de 240 m2 à proximité de la Gaité Lyrique et de la galerie Paris-Beijing, à l'angle des rues Saint-Martin et Notre Dame de Nazareth.  La School Gallery ouvre ainsi sa 7ème programmation annuelle dans un espace plus vaste avec 50m de cimaises et des volumes appropiés aux installations. Cette galerie se veut un lieu de découverte et de promotion de l'art contemporain sous toutes ses formes, des installations à la vidéo en passant par la sculpture, la peinture, le dessin, la photo, le design et les créations d'architectes.

 ... / ... 

It is in a spirit at the same time radical, percussion, transcultural and bubbling that School Gallery defends since five years experienced artists and young talents come from all horizons. Olivier Castaing proposes a new approach to the pieces he presents.
After a tour of the gallery, Olivier invite the collectors and visitors to enter his cabinet of curiosity located on the back. In his “cave” as he often calls it, one discovers the multiplicity of what he like, his particular interest for photography and productions of his fetishes artists.

Young Gallery, open in January 2008 in a particular house street of the Temple in Paris, a few meters of the Centre Pompidou (Beaubourg) and close to Marian GOODMAN Gallery and JGM Gallery, School Gallery currently present its sixth annual programming. This gallery wants to be a place of discovered and promotion of the contemporary art in all its forms, with important programming of French and international photographers.Photography occupies a very particular place in the programming of the gallery, making the good share with the artists of the school of North with Swedish Joakim Eneroth, recently entered the collections of Tate Modern and of European House of photography or Susanna Hesselberg.

... / ...

Après 18 ans dans l'Internet et la communication, Olivier Castaing, quadra collectionneur passionné, commissaire d'expositions, petit fils d'un grand peintre du sud ouest, a crée une galerieau coeur du Marais « qui lui resssemble » …revendiquant l'éclectisme de ses choix, et appréciant plus que tout de faire découvrir les univers de prédilection des artistes qu'il soutient et défend avec un enthousiasme et une énergie communicatifs.

La team School Gallery est constituée pour plus de la moitié d’artistes internationaux, l’Amérique du sud et notamment l’argentine étant particulièrement bien représentée, avec Marie Orensanz, artiste incontournable de la scène artistique sud américaine, qui vit en France depuis plus de 30 ans. Artiste « historique » de la galerie, elle dialogue avec ses compatriotes, le tandem d’artistes Léo Chiachio et Daniel Giannone, les « Pierre et Gilles » argentins. En 2013 ils ont obtenus le deuxième prix de la création contemporaine des Tapisseries d'Aubusson. Le lancement de la biographie de Julio Villani a l’occasion de son exposition personnelle au Musée Zadkine en janvier 2011, a marqué le début de la collaboration de l’artiste avec la School Gallery qui lui consacrera une exposition personnelle en 2014.

... / ...

 

Among French one finds two artists based in Japan, Emmanuel Guillaud of which the first personal exposure in France was held in May 2010 before being invited with the Fringe Singapore Festival in January 2011.
Lucille Reyboz installed in Kyoto, opened the year with an exposure to Chanel Nexus Hall of Tokyo and the publication of a work to the editions of Martinière, before taste of his personal exposure which proceeded during the summer 2011 at School Gallery. A work with 4 hands realized with the light designer Yusuke Nakanishi. 
She creates in 2013 the first Kyotographie international festival.

Another French young talent, already haloed of several photography prices, of which the Arcimboldo price and the Talents price Raymond Weill, Nicolas Dhervillers.
In 2009, it carried out a set of photographs with the invitation of Laurent Lebon within the framework of the exposure “Constellation” in opening of Beaubourg Metz. 
More recently its work was presented to the BNF, then in group show at Agnès B in New York,  Seoul and in Korea. His last serie behind the future has been presented throught the last "Documenta XIII" of Kassel.
Then in France, one find him again in School Gallery with the autumn 2012, and on the stand of the gallery in Paris Photo.

 

La photographie occupe une place toute particulière dans la programmation de la galerie, faisant la part belle aux artistes de l'école du Nord avec les suédois Joakim Eneroth, qui figure notamment dans les collections de la Tate Moderne et de la MEP ou sa compatriote Susanna Hesselberg.

Autre jeune talent, Nicolas Dhervillers photographe français, déjà auréolé de plusieurs prix, dont le prix Arcimboldo et le prix Talents Raymond Weill. En 2009, il a réalisé un ensemble de photographies à l’invitation de Laurent Lebon dans le cadre de l’exposition Constellation en ouverture du Beaubourg Metz. A l’occasion de la Documenta XIII de Cassel sa dernière série "Behind the future" a fait l’objet d’une exposition sur le site de Völklingen en Allemagne et connue un véritable succés avec plus de 40 000 visiteurs.

Sa série My Sentimental Archives présentée pour la première fois en France à la School Gallery à l'automne 2011, est accompagnée de la publication du premier catalogue de l'artiste et figure dans la collection du FMAC Ville de Paris et du Gemeentmuseum Helmond aux Pays Bas. Enfin, sa dernière série "Hommages" dévoilée en avant première lors de la dernière édition de Paris Photo au Grand Palais et au printemps 2013 à Los Angeles est tout aussi remarquable. Un catalogue a été publiait pour sa dernière exposition personnelle à l'automne 2013. Début 2014, il est l'invité du Festival International Automobile à Paris, pour lequel il a réalisé une série inédite dévoilée pour l'occasion et bénéficiera d'une exposition personnelle au printemps au Geementemuseum Helmond au Pays Bas.

Parmi les photographes confirmés, l’autralienne Vee Speers a rejoint la Team School Gallery à l’occasion du dernier salon Paris Photo aux Grand Palais. L’occasion de dévoiler en avant première mondiale quelques photos de sa dernière série Bulletproof. Cette série sera successivement présentée aux Etats Unis, en Norvège en Suède et à Paris en 2014, puis à Shangaï et New York en 2015.

Au printemps 2014, le tandem de photographes français Bachelot Caron rejoint la Team School Gallery. La galerie confirme ainsi son engagement à défendre la photographie plasticienne avec deux artistes qui occupent une place majeure et singulière dans la scène artistique française. 

Comme l'écrit Michel Poivert dans la dédicace d'un ouvrage consacré aux tandem : "Bachelot-Caron pratiquent la photographie comme une anti-discipline. En travaillant la mise en scène et l’artificedu traitement des formes par la palette graphique,ils mettent au carré la transgression de la morale photographique : ils doublent l’artifice de la pose de celui de la retouche. Leur art consiste en l’exhibition même de l’invraisemblance. En d’autres temps, disons un siècle plus tôt, les adversaires du pictorialisme auraient hurlé : ce n’est plus de la photographie ! Fort heureusement, l’histoire a démontré depuis que la « photographie » recouvrait bien plus qu’une empreinte du réel."

La galerie collabore également avec de nombreux photographes invités, Lucille Reyboz, basée à Kyoto et qui a crée en 2013 le Festival Kyotographie, l’allemand Ansgar, le franco-mexicain Ricardo Bloch, les français Thomas Dhellemmes, Christian Sarramon ou Emmanuel Guillaud, sans oublier le japonais Kimio Yajima ou la jeune grecques Chrissa Tsovili.

Naji Kamouche, artiste franco-algérien  tient une place particulière dans la programmation de la galerie. Olivier Castaing a réalisé avec lui l'exposition inaugurale de la galerie en janvier 2008. Son installation « A bas les cieux » présentée à la Chapelle des Beaux Arts puis en Off de la Biennale de Lyon en 2009 confirme le talent de cet artiste prometteur. A l'occasion de son deuxième solo show la galerie a publié en septembre 2010 un catalogue.

Chez les français on retrouve, Dominique Bailly, connues pour ses installations de land-art et le jeune plasticien Ghyslain Bertholon, qui a ouvert la saison 2012 avec sa deuxième exposition personnelle. Son installation Vanitas réalisée à l'occasion de la manifestation Monuments et Animaux, présentée successivement au château de Chateaudun et à la Conciergerie à Paris ainsi que la sculpture Taupologie, qui a investit pour une année le parterre du jardin à la française de l'Hôtel Sully, ont donné une nouvelle visibilité au travail de cet artiste lyonnais.

Pour évoquer le travail d'Emilie Benoist qui a rejoint la galerie au printemps 2010, laissons la parole à Jean Pierre Cuzin :

« Chez ses cadets, parfois très jeunes, Jean-Pierre Cuzin trouve aussi une énergie précieuse (... ) C'est avec attention qu'il regarde les créations organiques, condensées, chimériques d'Emilie Benoist, non corps devenu paysage (ou monstre terrassé), ni paysage devenu corps, humeurs, réseau nerveux, sanguin, psychique, mais terroir (ou galaxie ou mégalithe) d'une mythologie personnelle, ancestrale, celte, minuscule, sans limite, agrégation plastique de molécules, de polymères spongieux, imaginaire et abyssale, inquiétante et cosmique, érodée, corrodée, corrompue, désunie, perlée, cristallisée. Et il regarde cela comme le territoire d'une aventure que chacun peut avoir en partage. (...) »

Les éditions Manuella ont publié en septembre 2012 le premier ouvrage consacré au travail de l'artiste. Une publication réalisé avec les outien du CNAP et une souscription auprès de collectionneurs.

Artiste française, Cécile Le Talec a remporté le 1er Prix de la deuxième édition du Prix International de la Tapisserie d’Aubusson et a réalisé avec les ateliers de la Manufacture la première tapisserie sonore qui sera présentée à Paris à l’automne prochain durant la semaine de la FIAC.

Depuis de nombreuses années cette artiste mène une recherche sur les langues sifflées, langues miroirs, utilisées par quelques communautés dans le monde. Son projet est conçu comme une aventure artistique qui explore les frontières entre le langage, la musique  et l’espace.

Plusieurs artistes de la galerie s'intéressent aux arts numériques Michaela Spiegel, avec sa série "Female Facettes", ensemble de vidéos consacrées aux addictions et névroses  de femmes célèbres. Julio Villani, quant à lui privilégie le format court et ludique, dans un esprit ready-made-performance.  Enfin le plasticien français Pascal Bauer, qui a crée un ensemble de sculptures vidéos, présentées en 2010 puis 2012 à la galerie. Il participe au festival d'art numérique de Saint Denis et clôturera l'année 2012 avec une exposition personnelle au musée de Saint Denis, dont le commissariat est assurée par anne Marie Morice, Directrice de Synesthésie. Sa Monographie a été publiée en décembre 2013 aux éditions Dilecta.

Deux autres plasticiens français ont rejoint la galerie à l'automne 2011. Raphaël Tachdjian, âgé de 28 ans, a ouvert la saison automnale 2011 avec sa première exposition personnelle en galerie. Un ensemble de dessins aux feutres avec des rehauts d'encres, fait montre d'un trait virtuose et précis à la fois, et d'une maturité exceptionnelle. Sa deuxième exposition personnelle coincide avec l'inauguration du nouvel espace investit par la galerie dans le Haut Marais à Paris en janvier 2014.

Le peintre Rochellais Vincent Ruffin, qui a rejoint le Team School gallery à l'occasion du dernier off de la Fiac et qui est exposé pour la première fois à Paris au printemps 2012 à la School Gallery.

Enfin Albane Courtière, artiste franco-belge, dont les collections de bijoux « Big Boy » et « Roses & Guns » sont un vrai succés, tant en Belgique qu’en France.

School Gallery, plateforme d'échanges permanents et de rencontres avec les artistes s'associe avec des personnalités d'horizons différents : écrivains, psychiatres et psychanalystes, architectes, paysagistes, enseignants et chercheurs, politiciens, afin de générer une réelle dynamique et des débats stimulants avec les artistes, les collectionneurs et amateurs d'art, et le public en général.

Les artistes sont au cœur du système de fonctionnement de la galerie, conçue comme un espace galerie, pour créer une émulation entre les artistes eux-mêmes lors des expositions de groupe et mettre à leurs disposition des aides à la création efficaces pour s'inscrire dans une collaboration au long cours. La programmation 2011 propose une exposition toutes les 6 semaines, mais également des manifestations hors les murs en participant aux évènements parisiens de l'art contemporain (salon du dessin contemporain, Parcours Saint Germain, Mois de la photo, Paris Photo & FIAC.

School Gallery entend enfin promouvoir les artistes par sa politique d'édition d'art et de publications monographiques. Le solo show inaugural de Naji Kamouche a initié cette collection avec la parution en édition limitée d'un Portfolio de sérigraphies « Liberté toujours ». Un catalogue de l'artiste a été édité pour son exposition personnelle à l'automne 2010. La School Gallery a édité 2 catalogues du photographe Nicolas Dhervillers à l'occasion de ses expositions personnelles My sentimental Archives et Hommages. Le premier ouvrage consacré au travail de la plasticienne Emilie Benoist est paru aux éditions Manuella en 2012 et la 1ère Monographie de Pascal Bauer a été coédité avec les éditions Dilecta à l'automne 2013. Ces deux ouvrages ont bénéficié de l'aide au premier catalogue du CNAP (Centre National des Arts Plastiques).


Déplacemeent vers la droite